En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Qui sommes-nous ?

« Nous avons besoin de vous ! »

En effet, Le CNA, c’est un réseau de partage, d’expertises, de rencontres professionnelles et de proximité pour près de 15 000 adhérents – Directeurs Achats, responsables achats, acheteurs et consultants sur toute la France. Chacun accède de façon privilégiée à une communauté chaleureuse et bienveillante pour y trouver la place qu’il attend mais aussi pour y partager de bonnes pratiques, ses idées, mutualiser, fédérer, se développer, jouer son rôle d’influenceur..

J’aime à définir le CNA comme un réseau de passionnés, ambassadeurs de valeurs.

Être au CNA, c’est faire partie d’une association de proximité qui s’appuie sur des valeurs de responsabilité, de performance et d’innovation, garantes de l’éthique de la fonction et dont la mission est que la fonction Achats devienne un véritable business Partner des entreprises et du secteur public.

Il importe que nous produisions davantage collectivement, sur les standards de notre métier, sur les sujets et les enjeux qui sont les nôtres. Identifier les pratiques d’excellence, participer à l’efficacité des outils, avoir un regard critique sont autant d’avantages pour accéder à cet objectif.

Ce positionnement est indispensable pour se développer et accompagner la transformation du métier sur ses enjeux importants.

Le CNA, c’est aussi l’engagement de tous nos bénévoles, au sein de nos 11 Régions, en collaboration avec une équipe dynamique qui permet de créer un cadre avec de nombreux services au travers l’organisation de 160 évènements inspirants et fédérateurs, de la réalisation de 3 revues métiers, de l’animation d’un site média www.cna-asso.fr, des réseaux sociaux …

Si comme nous, vous partagez ces valeurs, rejoignez-nous. Je vous attends.


Jean-Luc BARAS
Président du Conseil National des Achats

Notre histoire

En parcourant l’histoire de notre institution, on retrouve la marque de personnalités, aujourd’hui disparues de notre mémoire. Pourtant, ces personnes de conviction ont été les promoteurs de notre métier et les artisans de notre organisation professionnelle, en forme d’association, pour défendre les valeurs auxquelles ils croyaient. Certaines de ces personnes, à l’origine d’évènements marquants pour notre Compagnie, seront citées dans ce témoignage, d’autres plus nombreuses pour être citées, mais tout aussi dévouées à forger notre identité nationale, font aussi partie de l’histoire de la Compagnie.

1944

Comment et pourquoi la CDAF s’est constituée en 1944 ?

La création de l’association trouve sa première origine dans des études qui ont été poursuivies, dès 1935, au sein de deux grandes organisations qui s’étaient donné pour vocation d’analyser les problèmes de l’organisation scientifique des entreprises et notamment pour effectuer leurs Approvisionnements aux meilleures conditions possibles :

– Le Comité National de l’Organisation Française ( CNOF )

– L’Organisme de formation professionnelle ( CEGOS )

Rappelons qu’en 1916 fut crée aux Etats-Unis la première association professionnelle d’acheteurs, suivie en 1921 par celle crée en Grande-Bretagne. Les deux commissions, chargées de ces études, fusionnèrent en 1942 dans la section VI de la CEGOS puis, en 1944, cette section, présidée par P. Garcin, qui fut le premier Président de la Compagnie qui s’appelle alors : La Compagnie des Chefs d’Approvisionnement (CCA), Association régie par la loi de 1901, commença à dégager les éléments d’une véritable doctrine.

 
 

Pourquoi à sa création, l’association a pris le nom de compagnie ?

La CCA a engagé très vite une réflexion sur l’opportunité de règles d’éthique et la possibilité d’en promouvoir le respect de façon réaliste. Cette préoccupation explique l’adoption dans sa dénomination du terme « Compagnie ». Les fondateurs voulaient marquer par là une affinité avec les Groupements des professions libérales ayant, eux aussi, des impératifs éthiques : Notaires – Agents de change – expert-comptable etc… En conséquence de quoi, tout professionnel sollicitant son admission à la Compagnie devait – et doit toujours – s’engager à respecter les règles d’un « Code de l’honneur ».

1949

LA CCAAF en 1949 :

En 1949 le Conseil d’Administration de la Compagnie, devenue La Compagnie des Chefs d’Approvisionnement et Acheteurs de France ( CCAAF), présidée alors par Paul Gros décida trois types d’actions nouvelles :

1. La création d’une revue spécialisée destinée à la diffusion de la doctrine de la CCA Le premier N° du mensuel ACHETEUR paru en novembre 1951
2. L’intensification du recrutement des membres de la Compagnie par l’organisation de Conférences et des Echanges de vue pour le perfectionnement professionnel
3. La création de l’Ecole Supérieure d’Approvisionnement (ESAP)

Objectif : Empêcher, par un enseignement issu d’expériences pratiques, de s’éloigner du réel.

En 1949 , le Conseil d’Administration de notre Compagnie devenue la Compagnie des Chefs d’Approvisionnement et Acheteurs de France (CCAAF), conscient de l’importance de la cause qu’il défendait, constata la quasi inexistence des moyens humains affectés par les entreprises à une fonction aussi importante que l’Achat pour la prospérité des entreprises, de même que pour la vitalité de notre économie, décida la création de l’Ecole Supérieure d’Approvisionnement. Ainsi, allait être définie, dès 1949, une politique de formation continue du personnel en place dans les entreprises, visant à la concrétisation de l’évolution de la fonction Achats dans les entreprises. Le mot « Acheteur » apparaissait seulement dans deux des Conventions collectives dites « Croizat » qui couvraient les activités de « Secteur marchand ».

 

Nos objectifs

Acteur incontournable des Achats en France

Faire des Achats une fonction stratégique, au service des Directions Générales privées et publiques, promouvoir des achats responsables, régulateurs de la relation commerciale et assoir des directions achats comme partenaires des directions métiers, au cœur du business et du digitaL. Etre l’acteur incontournable de la professionnalisation des achats en France.

Créateur de valeur mais aussi acteur sur les enjeux environnementaux et sociétaux

Dans un monde qui vit une profonde transformation, la fonction achat a un rôle clé à jouer comme créateur de valeur mais aussi sur des enjeux environnementaux et sociétaux. Participer, échanger, apprendre, créer du lien sont indispensables pour conduire ce changement. Construire une image puissante.

Promouvoir la Charte & le Label Relations Fournisseurs Responsables

Diffuser et promouvoir la Charte Relations Fournisseurs Responsables et le Label Relations fournisseurs et Achats Responsables

Relayer la forte dynamique de l’évolution de la fonction Achats

Structurer un réseau tourné vers l’avenir tout en respectant l’histoire de l’association et ses valeurs

« Responsabiliser, Innover, Performer »

Naissance de la charte “Relations Fournisseurs Responsables”

La charte est née après les états généraux de l’industrie René Ricol, alors tout nouveau Médiateur du Crédit, rencontre le Club des Directeurs Achats du CNA et propose la constitution d’un groupe de travail pour la rédaction d’une charte.

Ce groupe de travail Médiation/CNA se met à la tâche et rédige une charte à partir d’octobre 2009

Le 11 Février 2010 a lieu la première séance de signatures en présence de Christine Lagarde, Ministre de l’Economie.

Parmi les signataires de la première vague on trouve : Bouygues, Danone, Eiffage, L’Oréal, Legrand, Safran, Sanofi, Solvay, Thales, Total et Véolia. On retrouve parmi ces pionniers certains des premiers labellisés.

Depuis 2010, la charte a changé deux fois de nom. Ce document mal nommé était plus universel qu’il n’y paraissait. On est parti initialement de la relation grand donneur d’ordre/PME pour arriver à la relation fournisseur responsable en passant par la relation inter-entreprise.

Ceci est bien sûr sans compter les diverses appellations non officielles. Cette histoire pourra peut-être devenir un cas pour les écoles de marketing.

Elle a donc démontré son universalité par les secteurs couverts, le nombre et la diversité de taille des entreprises et organismes publics signataires.

Elle sert aujourd’hui de référence à de nombreux travaux et est animée en permanence par des comités de pilotages nationaux et régionaux.

Elle a cependant un défaut : elle n’est pas évolutive.

En savoir plus

Naissance du label

De plus, elle ne garantie pas une réalisation effective de l’engagement pris à la signature.

Pour pallier à cette attente, le CNA et la Médiation ont créé le label “relations fournisseur responsables” qui lui est évolutif quant à son référentiel.

Le label est attribué par un comité paritaire nommé par le CNA et les médiations. Les premières entreprises à avoir reçu le label le 18 décembre 2012 sont Legrand, Société Générale et Thalès.

Une norme internationale Achats responsables est en cours d’élaboration La convergence des exigences entre le label et la future norme sont pris en compte

En savoir plus

Accords de bonnes pratiques

Les grands principes

Les accords de bonnes pratiques achats sectoriels sont un prolongement opérationnel et collectif de la charte.

  • Ils ont pour but une autorégulation des comportements commerciaux
  • Ils contribuent à la réflexion sur l’innovation
  • Les acteurs de la branche « prennent en main » leur mode de fonctionnement interne de manière autonome.
  • Il sont destinés à créer un dialogue collectif permanent et viennent compléter le dispositif de médiation qui traitent des cas où le dialogue n’existe pas

Les caractéristiques

  • Ils sont basés sur la rencontre de deux collèges : le collège acheteurs et le collège prestataires, ceci sur toute la profondeur de la branche.
  • Chaque organisation veillera à la représentativité de son collège.
  • Ils sont basés sur les points de la charte
  • Ils sont larges, concis et pragmatiques.
  • Ils sont "chapeau" et n’abordent pas les points spécifiques à telle ou telle activité professionnelle dans la branche d’activité.
  • Ils ne doivent pas apporter de contraintes supplémentaires par rapport aux dispositifs existants.
  • Les organisations sont signataires. L’adhésion aux deux organisations signataires constitue un ralliement aux principes de l’accord des pratiques.

Les accords signés

Accords de bonnes pratiques : Secteur communication

Communication avec l'observatoire COM MEDIA le 16 décembre 2013, cette signature a fait l'objet d'un dossier dans Profession Achats

Accords de bonnes pratiques : Secteur relocation & déménagement

Déménagement et Relocation avec CSD et SNPRM, signé le 21 novembre 2014 à Reims par Jean Bouverot pour le CNA

Accords de bonnes pratiques : Secteur chimie-equipementiers

Accord signé le 26 janvier 2015 au sénat en présence de Monsieur Jean-Pierre Raffarin

Les accords en cours

Accords de bonnes pratiques : Travaux en cours avec le SYPEMI

Accords de bonnes pratiques : Travaux en cours avec SYNTEC numérique & CINOV-IT